Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 06:30

 

 

                                          Parisot-copie-1.jpg

 

 

Le premier coup de semonce (journée de mobilisation du 5 mars) contre les accords du 11 janvier dernier aura eu le mérite de poser sur la table les points qui font polémique et qui révoltent bon nombre de syndicalistes, de spécialistes du code du travail, d'élus ou de simples citoyens


                                                     IMG-20130305-00335

                                                       manifestation du 5 mars à Rouen

 

"Touche pas à mon ANI" est le leitmotiv de Laurence Parisot. Elle le brandit à tout bout de champ, faisant de cet accord son bâton de maréchal, la clé de sa réélection à  la tête du mouvement patronal. Deux mois après, elle n'en revient toujours pas: les deux oreilles et la queue dans la même journée. Car les trois syndicats qui ont finalement validé ce texte, l'auront fait au mot près du texte négocié sous le gouvernement Fillon: seul le titre a changé, les accords "compétitivité-emploi” sont devenus des accords "sur la sécurisation de l’emploi", pour le reste tout est conforme. Trop heureuse d'avoir décrocher son graal, Parisot enfonce le clou en menaçant de graves conséquences (lesquelles ?)  les parlementaires et le gouvernement si le texte de loi n'est pas à la virgule celui de l'accord signé.


 

En attendant, le travail qui attend nos députés se fera sous l'oeil attentif de tous les salariés français qui souhaitent que chacun prenne ses responsabilités, en amendant un texte qui devra consolider les droits des salariés et renforcer les protections collectives, qui devra rétablir le Code du travail comme base minimale, et qui devra surtout mettre place un contrôle des entreprises afin de mesurer la réalité de leur difficultés et d'envisager alors des mesures d'assouplissement temporaires et encadrés.


 

C'est à nous socialistes qu'incombe cette tache car la gauche a été élue pour s'attaquer à la crise, faire reculer le chômage et la précarité du travail, interdire les licenciements boursiers, permettre la reprise d'entreprises vouées à la délocalisation ou à la fermeture. Ce sont des lois protectrices qui sont attendues et rien d'autre. Il y a urgence pour les salariés, il y a urgence pour la gauche aussi.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Olivier-Mouret-UMA-Rouen.jpeg 

Bienvenue sur le Blog d'Olivier MOURET, mandataire de Maintenant La Gauche en seine-maritime, Adjoint au maire de Rouen en charge des Personnes âgées, président du groupe socialiste.

 

Contact : oliviermouret@yahoo.fr

 

Archives

http://img.over-blog.com/300x299/4/28/68/98/MLG76.jpg

Wikio - Top des blogs - Politique

http://labs.ebuzzing.fr